Du vide.

Ils s'y perdraient.

301210

Prends-moi dans l'désordre ; c'est ça ou rien.

Le passé existe : il est diffus, obscur et sensuel. Mercredi, la nuit, terrasse, cendrier. Le gars se penche, accoudé à la table.- Toi ! T'attires les filles comme toi !- Les tox' ?Sourire, esquive, cendrier.- Les belles ! Parce que t'es beau ! Je plais aux garçons bourrés.C'est déjà pas mal.
Posté par Cruella à 18:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]

271210

Avant la tempête.

Ca a été comme tirer une latte de haine, comme une brique dans le ventre qui monte à la tête. Je suis sur un nuage, de haine. Je fourmille de phrases assassines mais aucune n'a l'impact et la force que j'attends d'elle. La cassure doit être brutale et violente. Je me sens étrangement léger et libre. En ai-je été si près toutes ces années ? Il ne nous manquait que quelques mots pour en arriver là. J'ai souri ce soir. J'ai des cendres plein la vue, et des étoiles, une absence totale de sentiments mêlée à une sensation de... [Lire la suite]
Posté par Cruella à 01:06 - Commentaires [3] - Permalien [#]
251210

Vol de nuit sur l'Antarctique, j'attends la prochaine guerre.

J'envisage ton départ Imminent J'aimerais bien que ça fasse mal De temps en tempsJ'envisage le pire. Sinon, si vous aussi, vous voulez cracher sur des films, des livres.
Posté par Cruella à 10:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
251210

"C'est une part de toi."

La neige reste dans les nuages et le temps se creuse sur lui même. David Bowie me crie qu'il veut vivre mais je suis déjà loin. Paranoïaque, j'ai peur des mèlanges. De moi. De tous ces mondes autour desquels on tourne. Lou Reed entre, et salue froidement, presque sauvagement. Chanter le trahit aussitôt. It's called Berlin. New song. C'est de la lâcheté, sans doute, il y a tant de choses qui vivent loin des lumières, de toutes ces lumières. You're right. And I'm wrong. Nos cendres me perturbent et cette histoire qui ne restera que... [Lire la suite]
Posté par Cruella à 02:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]
241210

Isolation.

La nuit de Noël s'élève sur fond de Joy Division.
Posté par Cruella à 17:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]
021210

Au beau milieu.

J'aurais voulu être personne, et encore moins pour quelqu'un mais ça commençait mal, j'étais l'fils de ma mère. Ça pose un genre de problème dès le début, tant d'choses seraient plus simple sans cette impression d'être tenu par quelqu'un qui tient d'trop à un autre, sans vraie raison, ou pour des raisons qui m'échappent des fois, égoïste que j'suis, mais pas tant que ça. J'aimerai bien être nul part, ou au moins ailleurs, mais la fuite, c'est vite dit, vite fait, et on en revient. On va plus ou moins loin, jusqu'au mur même des... [Lire la suite]
Posté par Cruella à 22:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
141110

Parce que l'amour pour que j'y touche.

Je me suis pendu avec mes idées noires dans un coin de ma tête. Le vide tout autour ressort par mes yeux. J'ai le regard perdu, quelque part, las. A perte de vue, des lacs gelés. Le passé n'a jamais eu d'importance, ou simplement il n'a jamais existé ; j'ai toujours passé le présent dans le futur. Le principal défaut du présent c'est qu'il faut le vivre, le supporter, instant après instant sans jamais apercevoir de fin. Il fallait choisir un échappatoire : ce fut le futur. J'ai vendu ma mémoire sans penser que mon cœur se... [Lire la suite]
Posté par Cruella à 00:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]
091110

Sérénité.

"Il possédait le vrai désespoir, c'est-à-dire cette absence totale d'espoir qui apporte la résignation et la paix, non ce violent regret bien à tort baptisé désespoir où se dissimule encore une ombre d'espoir, juste ce qu'il faut pour prolonger notre résistance et nos atroces soubresauts." [Cette bannière fait dépressif quand même.]
Posté par Cruella à 17:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
261010

Through the darkness of future past.

En premier lieu, il y a ces passions qui se consument en nous laissant un goût de cire sur la peau. Aussitôt elles disparaissent, éteinte par les premiers gestes mal cadrés : trop doux, trop tendre, trop froid, trop vite. Tout est trop, reste à savoir ce qui nous tient. Je n'ai d'yeux que pour ce qui nous éloigne ; il suffit de peu pour m'éblouir et d'un nouveau geste brusque je détourne le regard vers une nouvelle flamme, plus douce, plus belle, plus loin, toujours plus loin. S'il y eut un jour des sentiments sous ces passions qui... [Lire la suite]
Posté par Cruella à 20:48 - Commentaires [5] - Permalien [#]